À propos 2018-11-21T15:15:26+00:00

À propos

Le projet de mise en oeuvre du Laboratoire d’aide numérique à la vie autonome (LANVA)  est porté par le CEFRIO et la Maison de l’innovation sociale (MIS), avec le soutien du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et de la Fondation Mirella et Lino Saputo.

La création de nouvelles offres de produits et de services à fort potentiel d’impact destinés aux aînés souhaitant demeurer autonomes et actifs dans l’espace public est la pierre d’assise du travail mené par le LANVA. Le numérique occupe une place centrale dans les thématiques abordées par les différentes cellules de travail du laboratoire. À terme, les innovations générées pourront être développées ou mises en marché en collaboration avec les acteurs de l’écosystème en innovation sociale comme les incubateurs-accélérateurs d’entreprises et des organismes de développement économique, social et territorial.

Amorcé en 2018, le laboratoire mène des travaux avec différents groupes mobilisés autour d’enjeux liés au soutien à la vie autonome aux côtés de citoyens et d’aînés. Ces acteurs sont issus de divers milieux :

  • Secteur industriel et privéles fabricants, les assureurs, les distributeurs d’équipements adaptés, les fournisseurs de télécommunications, etc.
  • Milieu académiqueles universités et autres établissements d’enseignement
  • Secteur publicles services municipaux, les ministères et organismes engagés auprès des aînés, etc.
  • Milieu associatif et communautaireles prestataires de services aux aînés, les tables de concertation, etc.
  • Tout autre acteur clé impliqué dans le bien-vieillir chez soiétablissements d’hébergement et résidences, fondations, investisseurs, etc.

Les activités du LANVA visent à comprendre les besoins des aînés, à développer de nouvelles offres de produits et services afin de faciliter ou augmenter leur autonomie au quotidien, et à expérimenter et valider ces innovations. À terme, ces dernières pourraient être implantées dans les différents milieux de vie des aînés, tels leur domicile ou leur quartier.

Co-création, transfert des connaissances et mise à l’échelle

Le LANVA cherche à concevoir les processus d’innovation dans une approche de co-création de façon à soutenir les acteurs du milieu dans le développement de produits et services répondant aux enjeux des aînés à l’aide du numérique, en s’inspirant de la méthodologie des laboratoires vivants, ou Living Labs.

Un laboratoire vivant est une méthode de recherche en innovation ouverte qui vise le développement de nouveaux produits et services. L’approche promeut un processus de co-création avec les usagers finaux dans des conditions réelles et s’appuie sur un écosystème de partenariats public-privés. Ce type de structure est largement documenté en ligne – notamment dans un rapport fort complet publié par Montréal InVivo en 2014.

De ce fait, l’approche d’innovation sociale préconisée au LANVA place l’aîné au coeur de l’ensemble des phases de développement du laboratoire. Dans cet esprit, des stratégies de transfert de connaissances sont déployées afin de partager et d’exploiter les apprentissages réalisés au sein du LANVA et de les transposer en milieu réel. Cette validation favorise l’appropriation directe des initiatives développées dans le laboratoire par les milieux preneurs – le LANVA visant à déployer ses innovations à l’échelle du Québec.

Le vieillissement actif dans un Québec changeant

Les personnes âgées souhaitent vivre dans leur domicile le plus longtemps possible, tout en conservant un niveau d’autonomie et une qualité de vie pour eux et pour leurs proches. Alors que la génération des baby-boomers avance en âge, la capacité du réseau de la santé de maintenir les services actuels pour les prochaines générations sera, assurément, mis à l’épreuve.

Sachant qu’ainsi le nombre d’aînés au Québec risque bien de doubler entre 2006 et 2031, on ne peut nier l’importance de proposer d’autres offres de services de façon à répondre autrement à l’intensité et aux coûts des soins qui augmentent avec l’âge.

Le potentiel du numérique au profit de la vie autonome

Dans ce contexte, l’usage des technologies numériques, des dispositifs connectés et d’autres systèmes collecteurs ou agrégateurs de données s’insère petit à petit dans les approches explorées en matière de maintien à domicile. De plus en plus, des technologies au service des aînés, ou gérontechnologies, sont développées de façon à procurer à cette clientèle un meilleur bien-être et confort, autant qu’un sentiment de sécurité pour les personnes qui les entourent.

Ces intentions amènent évidemment des réflexions quant aux balises à mettre en place afin de préserver la qualité de vie et l’intégrité des personnes. Après tout, divers enjeux sont toujours aujourd’hui associés à l’usage des technologies auprès d’une clientèle d’aînés : infantilisation, diminution de contrôle et de liberté, isolement et exclusion avec la communauté, perte de vie privée, diminution des standards de soins et de services. De ce fait, les initiatives mises en place portent désormais une attention particulière à ces enjeux, que ce soit dans le cadre du développement de protocoles de soins, d’offres de services ou d’accompagnement basés sur les technologies.

Il va sans dire : la mise en œuvre de pratiques de santé et de prestation de services numériques demande une conduite dans laquelle chacun doit s’interroger et ainsi prendre en compte les risques et les avantages de telles approches.